Des trous pour tous !

Medical ampoules and syringe
A chacun son traitement et ses petits trous…

Je vais essayer d’en rire parce que franchement, le hasard de certaines choses de la vie est parfois bien étrange !

Il y a quelques temps, j’avais écrit un texte sur mon chéri, qui suite à une prise de sang pour remettre à jour les sérologies avait attrapé une infection… Trois semaines plus tard, mon chéri a dû refaire toute une batterie d’examens (rendez-vous médecin, angiologue, échographie, doppler, prise de sang…) car la douleur était toujours bien présente dès qu’il tendait son bras ou le levait… S’il a eu une infection, celle-ci a été traitée par les antibiotiques ; par contre, il a désormais une phlébite au bras gauche. A cause d’une simple prise de sang, il faut le faire quand même ! Le pharmacien m’a dit que ça arrivait de temps en temps, que ça ne dépendait pas de la compétence de l’infirmière et qu’elle avait piqué deux veines au lieu d’une…

Du coup, moi qui ai une prise de sang tous les deux jours en ce moment pour le suivi de la stimulation, ça me fait stresser. Forcément. (Comme si j’avais besoin de ça pour stresser actuellement.)

Enfin, la phlébite de mon chéri n’est pas grave selon les médecins et se traite par… des piqûres ! Alors depuis jeudi, l’infirmière s’amuse avec nous : deux injections pour moi et une pour mon chéri, c’est tout simplement incroyable comme coïncidence !

Des hauts et des bas (en cours de stimulation)

J’ai commencé les piqûres depuis une semaine tout pile. Mercredi dernier, une demi-heure pour lire et relire la notice, me laver les mains, mettre en place l’aiguille, enlever la bulle d’air, désinfecter la peau du ventre, pincer la peau pour faire rentrer l’aiguille, compter lentement jusqu’à 10, s’assurer que tout le produit a été injecté, enlever l’aiguille précautionneusement et tout ranger… Après 5 mois de pause, j’étais contente de passer à l’action.

Lundi, premier contrôle auprès de la sage-femme, échographie et prise de sang. 8 ovocytes sur l’ovaire droit et aucun sur le gauche (normal, il y a le gros kyste d’endométriose qui prend beaucoup de place). Je suis optimiste malgré le lever à 6h du matin, la course ratée à la première place dans la salle d’attente. Je suis arrivée à l’heure au travail en pensant à mes 8 ovocytes, j’avais l’impression que ce n’était pas mal mais déçue que l’ovaire gauche ne donne pas signe de vie.

Ce matin, deuxième contrôle, 6 ovocytes entre 13 et 16 mm. Peut-être d’autres plus petits. Et 1 de 11 mm à gauche (le début de la gloire certainement). La sage-femme ne peut pas encore me dire quand aura lieu la ponction, la semaine prochaine c’est sûr, peut-être lundi, peut-être mercredi. En tout cas, il faudra encore revenir vendredi. J’enchaîne avec un rendez-vous avec la psychologue : je lui exprime mon contentement d’avoir débuté la stimulation, mes doutes sur le résultat futur (nombre d’ovocytes, nombre d’embryons, résultat de la prise de sang) et l’agacement (le mot est politiquement correct) que je ressens vis à vis de ma mère et d’une de mes sœurs.

J’ai encore le moral quand j’arrive au travail mais la journée passant, bien qu’étant très occupée par les enfants, je cogite de plus en plus. Et je commence à avoir mal au niveau de l’ovaire droit (est-ce normal ? est-ce que je ne risque pas de faire une torsion ?). Et les questions fusent : et si je faisais cette stimulation pour rien ? Pourquoi il n’y a plus que 6 ovocytes et plus 8 ? La sage-femme m’a rappelée cet après-midi, je dois légèrement augmenter le traitement. Ça veut donc dire que c’est trop lent. Et il va encore falloir attendre jusqu’à vendredi. Et si les follicules s’auto-détruisent ? Et si, malgré le produit antagoniste, j’ovule tous mes ovocytes ? Bouh 😦 J’ai presque pas dormi cette nuit car je pensais déjà à tout ça et là, je craque. Je suis épuisée et j’ai tellement peur de m’infliger tout ça sans résultat… 😥

Entre deux portes…

Quand j’ai dû subir avoir une coelioscopie, j’ai parlé assez largement de cette opération à mon entourage et du diagnostic qu’on venait de me donner : endométriose.

Quand nous avons commencé les inséminations, j’ai encore parlé assez largement de cette étape dans notre vie. Ce n’était pas trop difficile pour moi et, je l’avoue, je n’y croyais pas tellement. Je n’avais donc pas réellement peur d’affronter le résultat. Je ne voyais pas ce qu’une insémination pourrait changer à ma vie d’infertile, il n’y a quand même pas une grande différence avec la gymnastique à laquelle nous nous adonnons tous les mois avec mon chéri !… Et en deux ans, nous nous étions largement donné les moyens pour que ça fonctionne (si tout marchait correctement, quoi). Bref, il n’y a que le résultat de la troisième insémination dont je n’ai presque pas parlé (fausse-couche précoce, mais pour ceux qui étaient encore au courant, j’avais dit que c’était négatif).

Au fil des inséminations, j’ai quand même remarqué qu’on me demandait de moins en moins où nous en étions et que le silence s’installait de plus en plus. Certaines personnes qui m’avaient rassurée « ne t’inquiète pas, tu feras une FIV si ça ne marche pas » doivent se trouver bien connes. Elles n’osent plus m’en parler car si les FIV échouent, elles n’auront plus de solution à me proposer. Ah si, l’adoption ? C’est ce qu’une amie m’a proposé récemment, genre « ne t’embête pas à faire une FIV, adopte ». Je l’ai très mal pris. Cette façon de nier mes problèmes et de me proposer une solution toute prête… Solution à côté de la plaque en plus. Je n’ai rien contre l’adoption mais je n’ai pas cheminé vers cette démarche pour le moment. Et puis, ça n’a rien de simple, loin de là ! Et ça demande un investissement pour lequel je ne suis pas prête. Je ne me vois pas tout mener de front. J’ai déjà assez de mal depuis un an à conjuguer PMA, vie personnelle et vie professionnelle.

Et puis, il y a les gens avec lesquels je sens une gêne perceptible tout au long de nos rencontres. Ils ne savent pas comment aborder le sujet. Et fatalement, ils finissent toujours par le faire, maladroitement, entre deux portes, au moment du départ. Histoire de soulager leur conscience ? « Ouf, j’ai réussi à lui demander »… Et moi, je réponds succinctement, je n’ai plus envie de rentrer dans les détails. Je me sens tellement incomprise… Il n’y a que sur ce blog au final que je trouve des réponses. Il n’y a que grâce à vous qui me lisez et que j’apprécie de lire que je ressens cette compréhension qui me fait tant défaut dans la vie de tous les jours… Alors merci à vous ❤

Défi Facebook

Avez-vous vu ce nouveau défi sur Facebook qui consiste à taguer des mamans afin qu’elles postent 3 photos qui les rendent heureuses d’être maman ?

J’hésite à m’auto-taguer et à poster 3 belles photos de mon petit chien… parce que ça m’agace tout ça. Déjà, les défis sur Facebook en général me gonflent. J’ai pas envie d’obéir à des consignes absurdes (bon d’accord, pas toujours), tout comme je ne fais jamais suivre les chaînes à la con. Mais là, j’avoue, en réalité, ça m’attriste. Parce que je n’ai même pas à me poser la question de savoir si je souhaite participer à ce défi si on me taguait. Personne ne me taguera (et heureusement !).

Ça me rappelle une chaîne reçue un jour par sms : le « CV d’une super maman ». Quel coup de poignard. J’avais sèchement répondu à la copine qui me l’avait envoyée « je ne vois pas en quoi ça me concerne » ; elle s’était excusée, me disant que m’envoyer des chaînes est un moyen pour me signifier qu’elle pense à moi ! Moi, je n’ai pas oublié sa façon de penser à moi et sur ce sujet, je suis très rancunière. Je ne lui renvoie plus ses chaînes alors que je le faisais toujours pour celles qui incluaient la petite phrase « fais suivre à tes amis et à moi si j’en fais partie », voilà ma vengeance 😛

En route !

En route, pour les vacances ? Pour la FIV ? Tout s’est tellement emmêlé ces derniers jours ! Après un dimanche catastrophique à essuyer les effets dévastateurs du Provames, je n’ai réussi à joindre la sage-femme que lundi midi. Qui m’a tout de suite rassurée : j’avais bien fait d’arrêter ce traitement vu les effets secondaires ressentis. Elle m’a demandé de consulter tout de même un médecin afin qu’il vérifie mes constantes. Appel immédiat au secrétariat, rendez-vous à 16h. Rapide ? Oui mais je devais partir en tout début d’après-midi pour voir une copine et ensuite filer en vacances. J’avais oublié que la PMA régissait souvent mes vacances depuis un an et demi…

Bref, rendez-vous chez le médecin et mes règles arrivent dans la foulée (p*tain, m*rde, c’était pour mardi-mercredi, ce qui signifie qu’il n’y aura même pas une soirée de vacances sans la cascade sanguinolente 😦 ), dégoûtée. Le médecin me trouve une belle tension, une belle respiration et aucun signe clinique d’une éventuelle phlébite. Me voilà rassurée, j’en profite pour laisser un petit message à la sage-femme « tout va bien, en plus j’ai mes règles !… » :/

Nous partons finalement, valises bouclées mais pas par moi (d’où des oublis dont je me rendrai compte trop tard : antiseptique et coton pour les piqûres, brosse à cheveux…) car j’étais encore trop faible après toutes mes larmes et mes émotions du week-end. Je passe en vitesse acheter des serviettes hygiéniques car oui, comble de l’infertile, je n’en ai presque jamais d’avance… Nous passons récupérer des skis chez ma mère et je bredouille une excuse à la con pour le retard car elle commençait à s’inquiéter. Pas envie de parler de mes déboires, pas envie de lui dire que nous entamons les traitements pour la fiv. Je suis fatiguée et je veux juste partir !

Une fois sur place, un dernier coup de stress quand je me rends compte que la chambre est bien trop grande par rapport à la taille annoncée lors de la réservation (il y a même un salon !!), je prends peur qu’il y ait eu une erreur et que nous devions payer une addition fort salée en fin de séjour… Finalement, la personne à l’accueil nous annonce que, l’hôtel n’étant pas rempli, nous avons tout simplement été surclassé ! Je chasse enfin tout mon stress pour profiter de cette heureuse issue…

Jusqu’à aujourd’hui puisque, malgré une randonnée assez éreintante (forcément, avec les règles… et en plus j’ai mis les bas et ils se sont fait la malle !! Tellement pratique tout ça…), j’attends que la sage-femme me rappelle pour le début des piqûres. Et j’attends. Et je stresse. Et j’attends. Et j’appelle. Et ça sonne occupé. Et je retente (15 fois quand même :/ ). Et ça sonne et elle me répond quand nous passons à proximité d’une maison bien gardée par des chiens qui se lancent dans un sacré concert ! Bref, les piqûres commencent demain, « super » !

Du Provames et des larmes

Depuis vendredi, je prends un comprimé de Provames 2mg matin et soir et depuis hier soir, je déguste. Hier dans la journée, tout allait bien, j’étais même limite euphorique. Mais hier soir, j’ai commencé à sentir une lourdeur au niveau de la poitrine et un peu comme si j’avais des tremblements intérieurs. Inutile de dire que j’ai très mal dormi. J’ai repris le comprimé du matin aujourd’hui et depuis, je suis d’humeur bien triste, je pleure et je m’inquiète. Je me sens vraiment mal, mes seins ont un peu grossi, j’ai une légère douleur au niveau du cœur, une gêne dans le bras gauche et le stress au niveau maxi forcément. Et toujours cette impression de tremblement intérieur. Et je ne sais pas quoi faire. La sage-femme m’avait dit de bien prendre les deux comprimés tous les jours mais dois-je continuer dans ces conditions ? J’ai bien envie de ne pas prendre le comprimé ce soir et de lui téléphoner demain matin pour lui demander conseil… 😥

Acupuncture

Depuis ma fausse-couche précoce (octobre 2015) et devant l’état lamentable dans lequel je me trouvais alors, la gynécologue qui me suit m’avait prescrit des séances d’acupuncture avec elle. Une séance par mois, j’ai eu la cinquième ce matin. Elle m’a dit qu’elle me trouvait en bien meilleure forme, m’a rappelé qu’il fallait prendre du temps pour aller mieux et que là, ça commençait à payer (je suis en vacances depuis hier soir, ça aide aussi 😛 ). Elle m’a aussi expliqué qu’elle avait travaillé aujourd’hui sur l’implantation et m’a demandé où j’en étais par rapport à la fiv. Je lui ai donc annoncé ma date théorique d’arrivée des prochaines règles (mardi) et elle m’a dit qu’elle voulait que je fasse une séance le jour du transfert.

Je ne lui ai pas demandé pourquoi et maintenant je le regrette !! Alors, si certaines d’entre vous ont déjà vécu cette expérience, je suis preneuse de témoignages !! Merci d’avance 🙂

L’interprétation des rêves revue et corrigée !

Cette nuit, j’ai rêvé que je ratais mon train (pour aller à Paris pour prendre un avion pour Londres !). Et je le ratais car ma mère traînait pour m’emmener en voiture… puis refusait de me conduire à une autre gare pour que j’essaye de l’avoir quand même. Elle finissait par accepter de m’accompagner, mais à pieds !!!! Bien sûr, j’ai fini par me réveiller, épuisée par toute cette marche et horriblement stressée de constater que je me retrouvais sans solution…

Que faut-il lire entre les lignes (et le faut-il) ?

A un jour (J-1, coucou triangles d’amour) du début du traitement pour la FIV1, il est évident que j’angoisse sérieusement. Demain matin, première prise de Provames… Et attente des règles alors que nous partons quelques jours en vacances (double pourrissage de vie : pour l’impossibilité d’intimité qu’exige un tel évènement et pour les piqûres que je vais devoir m’administrer). A ce propos, comme nous avons réservé dans un petit hôtel rustique (donc sans frigo dans la chambre et peut-être même sans toilettes), j’ai fait ma première demande louche lors d’une réservation : « aurai-je la possibilité de stocker des médicaments dans un frigo pendant mon séjour ? »…

Et que vient faire ma mère là-dedans ? Je ne la vois pourtant pas beaucoup ces derniers temps… Mais je ne peux que constater que notre relation est loin d’être idéale et j’y songeais il y a peu de temps. Le problème, c’est que je ne l’aime pas. Le problème, c’est que même si elle m’a présenté ses excuses il y a une quinzaine d’années je ne parviens pas à la pardonner pour certaines choses. Le problème, c’est que je l’ai tellement détestée adolescente que j’ai peur, si jamais j’ai des enfants, qu’ils me détestent autant un jour… Le problème, c’est que je garde mes ressentiments et n’ose les avouer à personne…

Questionnement

Bon. C’est simple. J’ai appelé la sage-femme ce matin et elle m’a dit que comme je n’ai pas pris de rendez-vous avec l’anesthésiste, soit la ponction aura lieu sous anesthésie locale soit je repousse la fiv au mois suivant.

Maintenant que je me suis préparée à faire cette fiv, je n’ai plus envie d’attendre. Mais maintenant que je n’ai plus le choix pour l’anesthésie, j’ai peur !

Liebster Award

A mon tour de participer ! Le principe ? Remercier les personnes qui m’ont nominée, écrire 11 choses insolites sur moi, répondre à 11 questions et nommer à mon tour 11 blogs.

Remerciements :

Très étonnée par toutes ces nominations !! Je ne fais pas partie de la blogosphère depuis longtemps et je ne m’attendais pas à ça… Aussi, je vous remercie du fond du cœur ❤ Vous êtes toutes de belles personnes et j’aime vous lire 🙂 Et je croise fort les doigts pour un futur des plus heureux pour chacune.

super souris en pma – madame tchou – annmy – choco_not – pénélope –

deminous – blanche – psychota – solattend

Ecrire 11 choses insolites sur moi :

  • 1. j’aime les sports de glisse mais sans prendre de vitesse car j’ai la trouille de ne plus contrôler (roller, patin à glace, ski).
  • 2. j’ai fait un aller-retour express en Pologne pour voir un match de foot de mon équipe préférée (départ un mercredi soir à minuit, retour le vendredi à midi : 36h top chrono) en 2008 je crois !
  • 3. mes parents, incapables alors de faire un choix entre deux religions, m’ont fait suivre le catéchisme catholique et protestant quand j’étais jeune.
  • 4. j’ai encadré au pied levé une colonie ski alors que ça faisait 3 jours que j’avais débuté le ski…
  • 5. j’adore conduire sur la neige.
  • 6. à 18 ans, j’ai entamé des études de psychologie pour les beaux yeux d’un garçon qui ne s’est d’ailleurs jamais intéressé à moi !
  • 7. je suis presque toujours sortie avec des hommes plus jeunes que moi. Le pire ? 7 ans de moins (j’avais 26 ans, calculez donc l’âge du jeune homme !! Sachant que je travaillais et lui… devait passer le bac !).
  • 8. mon premier concert (j’ai un peu honte), c’est celui des Worlds Apart…
  • 9. j’adore regarder et prendre en photo les méduses dans les aquariums, je trouve ça trop beau.
  • 10. depuis que l’endométriose pourrit mon intérieur, je ne digère plus les crêpes ni la bière, à mon grand désespoir 😦
  • 11. je suis écolo et économe (il y a même un mot pour les gens comme moi : l’éconologie !!), en résumé je trie tous mes déchets et je revends tout ce qui peut encore servir !

 

Répondre à 11 questions :

  • 1. Quelle est ton activité préférée ?

Ne rien faire, c’est une réponse ça ? Traîner en jogging chez moi, lire des revues, glander… Ou alors assister à un match de hockey, faire du roller, une bonne balade avec mon chien…

  • 2. Es-tu plutôt du soir ou du matin ?

C’est simple, je n’arrive jamais à me coucher et je n’arrive jamais à me lever ! Je suis du soir bien sûr 🙂

  • 3. Quelle est ta recette préférée ?

Là, j’hésite. Je suis très gourmande et j’adore le sucré/salé donc je vais dire le cheesecake ❤

  • 4. Pourquoi as-tu ouvert ton blog ?

Parce que j’ai toujours aimé écrire et pour combattre ce triste sentiment de solitude. Seule avec mes problèmes d’endométriose, seule avec mes problèmes de conception d’un enfant… Seule avec la culpabilité que je porte de me sentir responsable de nos échecs…

  • 5. Quels sont tes projets prioritaires sur ta to-do list ?

A part avoir un enfant ? J’ai une liste longue comme le bras de choses chiantes à faire : par exemple, une réclamation aux impôts, installer des détecteurs de fumée, trier mes papiers…

  • 6. Quelle est la chose dont tu es le plus fière ?

Pas grand chose, ces derniers mois m’ont pas mal démoralisée.

  • 7. Quel est ton plus vilain défaut ?

J’en vois deux gros : la paresse (remettre à demain ce que je peux faire aujourd’hui !) et l’inhibition (j’ai une peur panique de passer des entretiens, je n’aime pas me trouver confrontée à des situations imprévues ou inconnues…).

  • 8. Quelle est ta couleur préférée ?

Depuis toujours, le jaune (en plus, ironie du sort, c’est la couleur affectée à l’endométriose).

  • 9. Tu pars seule sur une île, qu’emportes-tu ?

Plein de livres et un appareil photo.

  • 10. Y a-t-il une activité que tu ne pratiques pas et qui te tente ?

J’aimerais apprendre à coudre (j’ai déjà la machine, manque la volonté), apprendre l’anglais et d’autres langues, apprendre à jouer d’autres instruments de musique (je joue du piano et un peu de guitare), apprendre à dessiner…

  • 11. Ton vœu le plus cher pour 2016 ?

Etre enceinte évidemment… Et si ce n’est pas le cas, trouver d’autres projets qui me mobilisent suffisamment pour évacuer une part de cette déprime qui s’installe (il y a des pièces à refaire dans la maison par exemple).

Nommer 11 blogs :

J’ai essayé de choisir des blogs qui n’avaient pas encore été nominés mais pas simple… C’est aussi un moyen de demander des nouvelles à certain(e)s…

https://etquillelibre.wordpress.com/

https://1bbmiracle.wordpress.com/

https://backinpma.wordpress.com/

https://lesetatsdame.wordpress.com/

https://laviedebea.wordpress.com/

https://unmecenpma.wordpress.com/

https://unbebeespoirdetoi.wordpress.com/

https://mamansansbb.wordpress.com/

https://kikouenpma.wordpress.com/

https://justeunpeudechance.wordpress.com/

https://damenaturelapute.wordpress.com/

https://alarecherchedenosetoiles.wordpress.com/