(FIV2) La panne.

Je voulais écrire depuis un moment mais rien ne venait. L’écrivain (toute proportion gardée) en stress devant sa page blanche, c’était moi. J’avais pourtant des choses à dire. J’ai même été nommée deux fois pour venir raconter mes pouffiasseries. Mais rien. Pas un mot n’a voulu sortir. La véritable panne d’inspiration.

J’espérais, après un lent démarrage, que le double transfert réalisé sur cycle naturel serait concluant. J’y croyais même de plus en plus au fur et à mesure de l’écoulement des jours. Il y a bien eu une (grosse) crise de larmes à un moment donné, croyant ressentir les classiques mais ô combien désespérantes douleurs annonciatrices de règles. Mon corps s’étant tu, j’avais ravalé mes larmes et repris espoir. N’ayant toujours pas de pertes suspectes, c’est presque la fleur au fusil que je suis allée faire ma prise de sang. C’était toujours la même infirmière horripilante qui m’a raconté son week-end épuisant, je l’ai écoutée sans l’écouter (car je suis une pro à ce jeu). Et puis, j’ai attendu. Mi figue mi raisin. Le résultat est arrivé et j’ai calé. Mon cœur s’est arrêté une seconde, ma bouche s’est ouverte, mes yeux se sont plissés (essayez de le faire et constatez l’air particulièrement bête que ça vous donne). J’ai repris mon souffle et laissé les larmes s’échapper enfin. Comment avais-je pu être aussi stupide et Y CROIRE ? 2 FIV en 2016, 5 embryons transférés et toujours un 0 pointé.

J’avoue que ce soir, le cœur n’est pas vraiment à la rédaction de cet article. Ce soir, j’ai juste envie de mourir. Ou me terrer sous ma couette – c’est plus socialement acceptable. J’ai tellement mal, je ne supporte plus de me sentir ainsi bernée et je ne m’imagine pas repartir au combat. J’ai juste envie de baisser les bras. Et de pleurer pendant des heures.

7772496679_ma-voiture-est-en-panne

Ça ne marchera donc jamais…

(FIV2 TEC) Piétinements…

Pour rappel, ce mois-ci doit avoir lieu un transfert de 2 embryons congelés sur cycle naturel. J’ai eu mes règles le 29 septembre.

  • Vendredi 7 octobre : échographie + prise de sang. Un follicule (imaginaire ?) à 14mm sur l’ovaire droit.
  • Lundi 10 octobre : échographie + prise de sang. Pas de follicule retrouvé à droite, il n’y a que des tous petits follicules sur les deux ovaires.
  • Vendredi 14 octobre : échographie + prise de sang. Un follicule à 12mm sur l’ovaire droit. On est à J16, la sage-femme trouve le temps long (et moi donc !), elle me prépare une ordonnance de Gonal-f, au cas où…

Depuis vendredi soir, le transfert sur cycle naturel est terminé, retour des piqûres tous les soirs ! Gonal-f à 75UI, ça me rappelle les inséminations… Mais j’ai grave les boules, moi qui ai normalement un cycle régulier, une ovulation régulière, ça veut dire quoi ? Que je ne peux pas faire sans traitement ? 😦

Incomprise…

Une amie à qui je parle de mon infertilité : « tu devrais penser à l’adoption, sérieusement. Tu es faite pour être mère. »

Ma mère à qui je partage notre projet d’accueillir un deuxième chien : « ton chien risque d’être bien malheureux, comme tu l’as été à la naissance de tes frère et sœurs. »

Une autre amie avec qui j’évoque la possibilité d’une consultation à Paris auprès d’une spécialiste en infertilité : « tu crois que c’est nécessaire d’aller aussi loin pour ça ? Enfin, si ça te rassure… »

Le tact, l’empathie, c’est dépassé je crois… 😦

(FIV2 TEC) La charcutière (non, pas celle de Simone)

J’ai eu mes règles le 29 septembre et un premier contrôle au centre (prise de sang et échographie) le 7 octobre. Il faut que je vous raconte ce rendez-vous !

D’abord, j’étais étonnée qu’il intervienne aussi tôt dans mon cycle. Ayant des cycles de 31 ou 32 jours, je voyais mal une ovulation à J9… Bref. J’ai oublié de demander une autorisation d’absence à toute ma hiérarchie mais je me dis que je m’en passerai, que je me lèverai tôt – à 6h, que je passerai vite et que j’arriverai à l’heure ou presque au travail.

Quand j’arrive au centre, il est 7h30, soit l’heure d’ouverture des contrôles. Il y a 5 personnes avant moi, je pense que je serai sans doute un peu en retard. Ce n’est pas la sage-femme habituelle qui officie et je comprends vite qu’elle galère… Elle fait passer difficilement 2 femmes puis se lance dans une aventure prise de sang exclusive… La salle d’attente s’étant surchargée avec le retard accumulé, elle se retrouve à faire la prise de sang d’une quinzaine de personnes… Et comme elle est nulle et qu’il lui faut du temps pour débiter ses conneries : « fait froid ce matin, les veines se cachent », c’est archi super long !

Quand c’est mon tour, elle ne trouve pas mon dossier… et je l’entends farfouiller dans les placards. C’est pourtant elle qui m’avait donné ce jour… Et pour ma prise de sang, elle me fait mal mal mal ! Elle me fait repartir dans la salle d’attente alors que je saigne encore… (d’ailleurs le résultat 4 jours plus tard est toujours visible : un hématome et une griffure car elle a touché mon bras quand elle a retiré l’aiguille…)

Et puis, j’en ai marre d’attendre, je stresse à mort de voir le temps passer… Je regarde tous ces gens, un vieux (venu accompagner sa fille ? à moins que ce ne soit sa compagne ?) essaye de faire de l’humour. J’ai pas envie de rire moi. Je veux juste partir d’ici, quitter toutes ces personnes qui ont le même problème que moi. Je veux retrouver la sage-femme habituelle, je veux pas cette nulle que je ne connais pas. J’ai mes habitudes et là, clairement, je suis au bord de la dépression nerveuse. Je n’ai pas prévenu mon travail, je n’ose pas sortir du service pour appeler et comme j’ai changé de téléphone récemment et que je n’ai pas encore copié tous les numéros, je ne peux même pas envoyer un message à une collègue… Bref, c’est la panique totale quand je passe finalement.

La sage-femme se révèle aussi nulle en échographie qu’en prise de sang, elle galère à regarder à gauche, à droite puis re à gauche et re à droite. Elle m’annonce un follicule à 14mm à droite, au fond de moi je m’étonne mais je ne dis rien. D’ailleurs il n’y a rien à dire parce qu’elle ne me dit rien d’autre, si ce n’est que j’aurais dû vider ma vessie (mais j’avais pas prévu d’attendre plus d’1h30 !). Je repars sur les chapeaux de roue après avoir appelé mon chef qui ne s’étonne même pas quand je lui dirai que j’arrive à 10h : « pas de souci, je transmets à tes collègues ». Mais moi je suis mal. 1h30 de retard, je trouve ça juste affolant.

L’appel de l’après-midi ne fait que confirmer l’inutilité du rendez-vous du matin, je dois revenir lundi.

Ce lundi, je suis toute heureuse de retrouver MA sage-femme ! Avec la nouvelle, elles font une semaine sur deux dans ce service, c’est une nouvelle organisation qui a été mise en place récemment par les cadres. Je lui dis que vendredi il y a eu énormément de retard et que j’ai encore un hématome au bras gauche. Elle me dit que la nouvelle (attention, nouvelle ne veut pas dire jeune) a l’habitude du bloc mais pas de ce service et qu’elle va s’y faire. Je réponds que je préfère que ce soit elle. Lors de l’échographie, elle ne retrouve pas le fameux « gros » follicule. Étonnant… je me demande presque si l’autre n’a pas marqué un chiffre au hasard. En tout cas, la sage-femme me demande la durée de mes cycles et pense que le fait qu’il n’y ait pas de follicule intéressant pour le moment correspond davantage à la réalité de mon cycle.

Prochain rendez-vous vendredi ! Et jeudi, j’ai une séance d’acupuncture ! Le retour en PMA me semble plus concret tout d’un coup même si je ne me projette toujours pas dans un futur double transfert…