Se voiler la face

Rapide rappel de mon parcours : début des essais pour avoir un enfant en juin 2013, je ne prenais plus la pilule depuis quelques années. Opération de l’endométriose en février 2015, suivie de 3 inséminations puis de 5 FIV.

La prise de sang après la troisième insémination avait été positive, un petit 36 UI qui n’a pas tenu. Une semaine plus tard, il y avait 30 UI… Et encore une semaine après, j’avais eu mes règles et c’en était terminé.

Je me souviens encore de cette sensation irréelle d’être enceinte, enfin. J’avais plein de nausées mais je m’en fichais, je planais. Je ne dormais quasiment plus d’excitation et je ne pensais plus qu’à ce secret, délicieusement incroyable. Je savais que tout ça ne tenait qu’à un fil mais malgré tout, quand la deuxième prise de sang a été mauvaise, je me suis effondrée. Ça a été mon premier arrêt pour syndrome dépressif consécutif à la PMA. Juste quelques jours pour refaire surface. Mais plus rien n’a jamais été comme avant. Cet échec est resté sans conteste l’une des plus grosses blessures de ma vie. Les années se sont succédé et je n’ai plus jamais eu de prise de sang positive, même après 5 FIV.

En faisant le bilan de tout ce parcours, m’est venue l’idée insidieuse de refaire des inséminations. Après tout, il en restait encore 3 prises en charge par la sécurité sociale. Et puis, le seul résultat positif avait été obtenu à la suite d’une insémination. Sans compter que les stimulations à forte dose aggravent le climat inflammatoire lié à l’endométriose et peuvent altérer la qualité ovocytaire. Déjà que j’ai selon toute vraisemblance des ovocytes bien pourris… Je me suis leurrée pendant quelques semaines avec ces réflexions mais je n’ai finalement jamais repris rendez-vous dans mon centre de PMA…

16 commentaires sur « Se voiler la face »

  1. C’était où la dernière opération de l’endometriose ? Symptôme depressif et arrêt de quelques jours ça s’appelle de la tristesse ça. Et c’est normal. Et d’ailleurs même la dépression c’est pas normal enfin c’est u problème de santé mais c’est pas une honte non plus

    J'aime

  2. Le 36 c’était un « vrai » taux ? Ou ça pouvait être un reste d’Ovitrelle lors d’une PDS trop précoce ? C’est ouf, je ne savais pas (maybe à cette époque je n’étais pas encore sur WordPress). Et vraiment c’est un coup à se poser des questions sur le fait de tenter les trois dernières IAC ou pas. Tu dis : « les stimulations à forte dose aggravent le climat inflammatoire lié à l’endométriose et peuvent altérer la qualité ovocytaire ». Pour l’inflammation je ne sais pas, mais la qualité ovocytaire, quand tu la stimules moins (comme en IAC) elle n’est pas altérée. L’altération due à la stim des FIV c’est seulement pendant la stim des FIV il me semble. En tout cas c’est ce que j’avais compris des explications de Madame-Hope.

    Bon on ne peut pas comparer nos parcours ni nos choix puisque moi j’ai choisi de m’orienter vers la FIV DO, mais avec ce que tu racontes (et si tu refuses définitivement l’option de la FIV DO), j’aurais tendance à me dire « allez bouclons la boucle avec les dernières IAC et basta ». Alors Ok maybe c’est se voiler la face, y croire encore une fois pour se prendre une énième baffe, mais qui sait, sur un malentendu … Bon après faut voir aussi comment tu vis les IAC (par exemple moi la dernière avec 4 contrôles c’est no way, je recommence pas ; mais la précédentes avec juste deux contrôles c’était « soft » donc + acceptable), moralement et physiquement. Et puis ce sera pas forcément pour maintenant, attends quelques mois d’être un peu remise sur pied. Bref je m’emballe. 🙂

    Ps en réponse à pour2graines : un syndrome dépressif c’est un syndrome dépressif, point. Surtout si c’est un doc qui le dit. Nommer ça simplement « tristesse » je trouve que ça minimise le truc. La simple tristesse ça ne vient pas perturber ta vie quotidienne, ton sommeil, ta façon de s’alimenter, ta motivation pour aller au travail, ta vie sociale. La tristesse ce n’est pas l’anxiété ni le ralentissement psychomoteur. Bref ! En fait la tristesse c’est juste une composante de la dépression / du syndrome dépressif. Mais on est d’accord sur ce point : ce n’est pas une honte ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

  3. En te lisant, je me suis revue en 2014 avec mon premier positif, mes quelques semaines sur un petit nuage et la descente aux enfers. Un arrêt de travail renouvelé et comme tu dis, plus rien n’a jamais été pareil.
    A toi de voir si tu as encore la force de prendre rendez-vous en PMA et demander ce qu’il est encore possible de faire. Pour ma part, la gygy a clairement dit que le staff avait décidé qu’une nouvelle tentative n’était plus possible, au moins, c’était clair.
    peut-être, as tu besoin d’être fixée sur les différentes possibilités qu’il vous reste pour t’aider à avancer. Courage miss. Mes pensées.

    Aimé par 1 personne

  4. En te lisant pareil j ai trouvé que ton raisonnement était assez logique. Peut être n parler à un doc pma qui te dira si C illusoire ou pas ? Bien sûr si tu t en sens le courage ! Gd luckkkkk car oui la PMA c est aussi ça bcp de chance !!!!!!

    J'aime

  5. Ayant pris le mur de la stérilité en pleine gueule au début de cette année, je vais te conforter dans tes impressions.
    Sous le coup des restes d’hormones ? par envie de se dire que non, on va pas rester au tapis ? j’ai eu la tentation d’une 5ème FIV, vraiment, surtout après cette unique et belle accroche. Je me suis fait refiler les coordonnées du Dr Hope…
    Un peu comme quand tu trippes avant de cocher tes cases au loto.
    Et puis…tu sais ce que t’as déjà encaissé en chimie et déceptions, et t’es lucide, alors au fond de toi tu te fais pas d’illusion sur l’issue …l’essentiel, comme le suggère Lucienne, c’est de bien sentir qu’on a vraiment fait tout ce qu’on a pu. Histoire de refermer la porte, avec le moins de regrets possible…
    Amitiés et à bientôt au coconut café, j’te jure ça me fait envie 😉🥳

    J'aime

  6. Je ne sais pas si c’est vraiment se voiler la face. C’est si difficile en PMA de composer avec les « et si… », si difficile de peser le pour et le contre d’une nouvelle tentative, si difficile de savoir quand s’arrêter. Est-ce que ton centre PMA serait prêt à tenter ces IAC ? Est-ce que toi et ton mari vous seriez prêts pour cet énième nouveau combat ? Bises Lorie 😘

    J'aime

  7. Je rejoins les autres commentaires sur le fait que l’intitulé de ton billet ne semble pas correspondre à son contenu… et je pense que c’est probablement le signe de ton ambivalence face à la situation (y retourner ou pas, et quel est le prix à payer pour retenter sa chance). Je te souhaite de trouver en toi, en vous, les réponses à ces questions, auxquelles nul ne peut apporter une réponse catégorique, car le but est d’être en accord avec soi-même. Bon courage pour ce cheminement. Des bises

    Aimé par 1 personne

  8. Se voiler la face sur le fait que ça pourrait marcher?
    Je ne my connais pas en pma donc je ne peux pas te dire mais rien ne t’empêche de prendre différents avis etc
    Par contre il me semble important de te reconstruire avant de te lancer. Pour linstant tu es très mal, il faut prendre soin de toi, le 1er enfant à s’occuper pour le moment est toi même
    Je t’envoie des ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s